Accueil > La référence qualité prix > Accessibilite > Analyse

Qui est le nouveau consommateur ?

L’accélération des rythmes de vie n’est pas sans conséquences sur notre façon de consommer. Dans ce monde pressé et hyper-connecté, le consommateur évolue lui aussi, obligeant les marques à s’adapter à grande vitesse…

Toujours connecté !

Connecté en permanence, et par ailleurs multi-écrans (TV, ordinateur, mobile, tablette), le consommateur mûrit désormais son achat. Il consulte les forums, compare les prix et subit ainsi de nouvelles influences. Il partage ensuite son expérience et ses ressentis sur la toile avec des millions d’internautes avides d’opinions et de détails qui conditionneront, à leur tour, leurs futurs achats.

Responsable

Acheter toujours plus au risque d’entasser n’est plus une fin en soi. Le consommateur modère ses envies et sélectionne des biens qui lui permettent d’améliorer son quotidien ou de vivre de nouvelles expériences. 48 % d'entre eux souhaitent continuer adopter une consommation plus responsable en 2013.
Près d'un Français sur deux (44 %) considère même la crise comme une occasion de revoir en profondeur ses habitudes de consommation. Si en 2008, consommer responsable signifiait surtout “consommer moins”, les Français veulent désormais surtout ”consommer mieux”. Ils sont 34 % à déclarer remplacer certains produits par des produits plus durables.
Source : Ethicity

Malin

Conjoncture économique oblige, le consommateur regarde plus que jamais les prix. S’il consomme toujours autant, c’est pour moins cher. À défaut, il réduit la voilure et procède à des choix judicieux, en accord avec sa capacité budgétaire. À la recherche de bonnes affaires, il compare ouvertement les prix, se fournit dans les magasins de hard discount et délaisse les marques nationales pour les marques distributeurs. Il fréquente les ventes privées, achète d’occasion, troque et revend des affaires dans des brocantes ou sur des sites spécialisés.

Impatient

Il veut tout, tout de suite et ne tolère aucun délai. Pourquoi attendre puisqu’il peut désormais obtenir tout, tout de suite, en quelques clics ? Il aime les salons de coiffure sans rendez-vous, les lunettes fabriquées en une heure, les shampoings 3 en 1 et le pain chaud à toute heure. Acheteur parfois compulsif, au risque de ne plus retrouver l’objet convoité le jour d’après, il cède à la tentation pour ne pas avoir à différer son plaisir.

Exigeant

Il n’aime pas être déçu et attend rigueur, reconnaissance et proximité de la part des marques auxquelles il accorde sa confiance. Intransigeant, il attend des prestations sur-mesure, d’une qualité irréprochable.

Infidèle

L’ensemble des critères développés plus haut contribue à rendre le consommateur infidèle. S'il s’estime insatisfait, il n'hésite pas à aller voir ailleurs. 61 % des consommateurs français ont ainsi changé d'opérateur télécom, de fournisseur d'énergie ou de banque en 2011. La France se distingue d’ailleurs par un taux d'infidélité élevé. 75 % des consommateurs n’hésitent pas à se renseigner auprès de leurs proches avant de procéder à un achat*. Ils avouent par ailleurs faire confiance au bouche à oreille.
*Source Accenture – novembre 2011
La course après le temps est devenue un argument publicitaire qui séduit le consommateur. Qui n’a pas en tête le fameux “Prenez le temps d’aller vite” de la SNCF… ?

De l’art et la manière de gérer l’impatience

“L’impatience du consommateur est complexe à gérer. Il ne tolère plus aucune attente, aucun délai. Il veut des réponses immédiates et ne supporte pas les contraintes. Cette impatience est complexe à gérer pour les marques qui doivent veiller à faire preuve d’une extrême réactivité, en permanence. On assiste d’ailleurs au développement du Wait Marketing qui permet de trouver des moyens de faire patienter ses clients sans que ces derniers ne s’impatientent justement, en profitant de certains temps d’attente incompressibles pour les occuper et communiquer avec eux judicieusement.”
Philippe Bloch, auteur de Service Compris 2.0